Rapports
Conférences et Symposiums
  • Quid du maintien ou de la levée de la mesure prise par le Président de la République portant suspension de l’exploitation minière au Kivu: La communauté de Walikale se prononce

    Conférence du 29 octobre 2010 organisée par le département de l’Environnement et ressources naturelles du CREDDA/ULPGL en collaboration avec BEDEWA.
    Il a été demontré que les efforts mérites d’être fournis afin que les ressources naturelles à l’Est de la RDC ne constituent pas un canal potentiel de la misère, de la pauvreté, de la malédiction, des conflits armés, mais plutôt une opportunité de développement durable.
    L’exploitation des minérais « de sang » doit être considérée comme un outil de transformation des conflits, un moteur de réconciliation et de développement intégral pour une région qui a longuement expérimenté les affres de la guerre notamment la région des grands lacs africains.

    Les recommandations formées par les participants ont motivé certains décideurs gouvernementaux ayant pris part à ces ascises à s’amender dans leur façon de faire et certains étudiants ont par voie de conséquence amorcé des travaux de recherches sur la problématique sus-evoquée.

  • Les enfants dans les sites miniers d’exploitation artisanale de Bisie en territoire de Walikale

    Il s’agit d’une Conférence organisée par le Centre de Recherche sur la Démocratie et le Développement en Afrique, CREDDA en sigle, en partenariat avec le Bureau d’Etudes, d’Observation et de Coordination pour le Développement du Territoire de Walikale, BEDEWA en sigle.
    En effet, à l’issue de ce travail, il est ressorti ce qui suit:
    Il convient de remarquer que le travail effectué par les enfants dans les sites miniers d’exploitation artisanale de Bisie en territoire de Walikale est la pire des formes de travail dangereux pour les enfants. C’est un cercle vicieux et, les enfants y sont prisonniers parce qu’on entend d’eux qu’ils partagent le fardeau de la substance de la famille. Les enfants travaillent parce que leur survie et celle de leurs familles en dépendent largement.
    Abolir ce travail pour les enfants exige de mieux saisir la nature complexe du problème.

  • Pourquoi faut- il protéger le Parc National des Virunga ?

    Conférences en collaboration avec l’Association « Objectif Brousse », le département de l’environnement et ressources naturelles du Centre de Recherche sur la Démocratie et le Développement en Afrique, CREDDA en sigle, a organisé une Conférence Débats à la Faculté de Droit de l’Université Libre des Pays des Grands Lacs U.L.P.G.L.

  • Lecture critique des objectifs de la Conférence Internationale sur la Paix, la Sécurité, la Démocratie et le Développement dans la Région des Grands Lacs (CIRGL) par rapport à ceux de la C.E.P.G.L.; Quid de la relance de la Communauté Economique des Pays des Grands Lacs (C.E.P.G.L.) et son impact sur l’instauration de la paix dans la Région des Grands Lacs.

Conférence sous le haut patronage de la Faculté de Droit de l’Université Libre des Pays des Grands Lacs, ULPGL en sigle, il a été organisée par le département de Justice et gouvernance du Centre de Recherche sur la Démocratie et le Développement en Afrique, CREDDA en sigle, une Conférence dont le thème est repris au titre.

Formations
  • Etude d’évaluation mi-parcours du projet Renforcement des capacités locales en vue de combattre les violences sexuelles et basées sur le genre dans la province du Nord Kivu, RDC, INL-FUNDED PROJECT ABA ROLI EN RDC, Etude réalisée par CREDDA-ULPGL avec l’appui financier de l’Association du Barreau Américain en RDC, février 2013.

Dans ses activités au quotidien, le département du Monitoring juduciaire et pénitenciaire du CREDDA a été sélentionné par l’ABA en vue de procéder à une évaluation à mi-parcours du projet sus-évoqué pour des fins utiles. Après avoir effectué des descentes sur le terrain pour la récolte, le traitement et la vérification des données pendant une certaine période, un rapport contenant des informations fiables et vérifiables a été soumis. Une dynamique très forte a été manifeste en démontrant l’importance de ce projet et son orientation future dans l’exécution.

  • Recherche – Action / Evaluation du Projet Genre et Justice – Heal Africa en Province du Nord – KIvu en République Démocratique du Congo

Depuis Novembre 2011, le Centre de Recherche sur la Démocratie et le Développement en Afrique, CREDDA, a été sollicité par l’ONG Heal Africa pour procéder à l’évaluation de son projet Genre et Justice sur l’accompagnement judiciaire et juridique des survivantes des violences sexuelles. Les chercheurs de CREDDA sont sur le terrain depuis deja quelques mois et vont présenter les résultats de leurs travaux ce Mardi 10 avril 2012.

Au cours de cette séance de restitution, les partenaires à Heal Africa auront l’occasion d’échanger avec l’équipe des chercheurs CREDDA/Faculté de Droit de l’Université Libre des Pays des Grands Lacs, ULPGL. Après débats et analyse des suggestions de l’audience, le rapport sera publié en ligne par CREDDA/ULPGL et Heal Africa.

Ce travail scientifique (recherche – action) vous fournit des données de terrain fiables et vérifiables sur la question des actions entreprises dans la lutte contre les violences sexuelles au Nord Kivu et les recommandations formulées à l’endroit des différents acteurs impliqués dans cette thématique. Prière de lire ce rapport au travers de ce site dans quelques jours. Ensemble nous garderons très haut le drapeau de la recherche en Afrique…

Etudes

Mouvement massif de déplacement des populations dans la province du Nord Kivu, en République Démocratique du Congo

Travail de terrain effectué conjointement par LandInfo (Centre de Recherche Norvégien) et le le département des Mouvements migratoires du CREDDA du 12 au 18 Octobre 2008 LandInfo: www.landinfo.no En République Démocratique du Congo, le déclenchement des conflits interethniques et la guerre qui s’en est suivie, ont occasionné un mouvement massif de déplacement des populations de la province du Nord Kivu vers d’autres provinces du pays et même au delà des frontières nationales.

C’est le sentiment d’incertitude, de peur du lendemain et même de frustration, rongeant et animant la population locale, qui est l’un des mobiles qui pousse régulièrement un bon nombre de jeunes gens et familles entières à fuir leurs toits, et pis encore, à envisager l’exil à la recherche d’un futur meilleur.

Cependant, la voie de l’exil qui est considérée comme l’une des solutions pour échapper aux effets des conflits et guerres sus visés, s’avère souvent la plus périlleuse. Elle est, en effet, parsemée de beaucoup d’embûches, et du coup, le rêve des exilés se transforme souvent et facilement en cauchemar. Mieux encore, certaines personnes réfugiées se retrouvent dans des camps sans assistance suffisante, attendant le statut auprès du HCR dans le pays d’accueil.

D’autre part, la réinstallation tant attendue devient incertaine pour plusieurs jeunes gens et familles entières. Les plus vulnérables envisagent même leur retour au bercail, l’intégration au sein de la nouvelle société d’accueil étant utopique. Les pays à hospitalité légendaire se sont intéressés au sort des ressortissants de la province du Nord Kivu se trouvant éparpillés sur leurs territoires respectifs.

C’est dans cet ordre d’idées, que la Commission Norvégienne / LandInfo a séjourné au Nord Kivu pour des séances de travail avec entre autre CREDDA et différentes organisations locales, internationales ainsi que des chercheurs indépendants. Pendant six jours, des échanges fructueux ont eu lieu dans la ville de Goma entre les membres de la Commission et leurs hôtes. L’occasion faisant le larron, la Commission Norvégienne a visité le camp des déplacés de guerre de Buhimba en vue de s’imprégner de la réalité sur le terrain. Cette expérience n’a été possible qu’avec le concours de l’ONG Internationale «Norvegian Refugee Council », NRC en sigle, engagée dans l’action humanitaire à l’Est de la République Démocratique du Congo.

En définitive, il a été constaté que les conflits interethniques et la guerre qui s’en est suivie, ont profondément bouleversé le vécu quotidien des femmes, enfants et hommes de la province en détruisant le tissu économique dans cette partie de la République Démocratique du Congo. En effet, la population locale, au fil du temps, devient de plus en plus pauvre et tente désespérément de trouver des voies de sortie. Dieu seul sait …